EN · FR · DE
 

Appel à la 9ème marche à la mémoire des victimes africaines de l’esclavage, de la traite des esclaves, du colonialisme et de la

.

.

Le Komitee für ein afrikanisches Denkmal in Berlin (KADIB) (comité pour l'édification du monument africain de Berlin) organise une marche à la mémoire des victimes africaines de l’esclavage, de la traite des esclaves, du colonialisme et de la violence raciste le 28 Février 2015 à Berlin. Cette marche vise à soutenir les revendications pour une reconnaissance des crimes contre les personnes noires et les personnes d’origine africaine.
Nous avons choisis pour cette commémoration annuelle le dernier samedi de février, qui marque la fin de la Conférence de Berlin (15 novembre 1884 – 26 février 1885) lors de laquelle l’Afrique a été divisée arbitrairement par les pouvoirs coloniaux européens, et ce pour 130 ans. Génocides, crimes contre l’humanité, travaux forcés, génocides culturels, exploitation politique et économique et oppression sont les conséquences dévastatrices du colonialisme. Plus de 30 million d’Africains ont été victimes de l’esclavage et des crimes coloniaux contre l’humanité.
Les génocides des Hereros et des Namas commis par l’Allemagne en Namibie, ainsi que les crimes de guerre en Tanzanie (lors de la guerre Maji-Maji) attendent toujours une reconnaissance officielle. Des centaines de milliers de personnes d’origine africaine sont tombées aux cotés des alliés pour la libération de l’Allemagne du régime nazi. Les Allemands noirs ont été stérilisés de force par les nazis, ou tués dans les camps de concentration.
En dépit des obligations internationales (la déclaration des Nations Unies à Durban en 2001), il n’y a à Berlin encore aucun monument à la mémoire des victimes africaines de l’esclavage, de la colonisation et des crimes nazis. À l’heure actuelle, peu de démarches ont été entreprises pour analyser de manière critique l’histoire coloniale de l’Allemagne.
Ainsi de nombreuses rues portent-elles encore les noms des criminels coloniaux et des bénéficiaires de l’esclavage. Ainsi Berlin s’oppose-t-elle aujourd’hui encore à la volonté éclairée de la communauté africaine de changer le nom raciste de la « Rue M. », qui rappelle la traite des esclaves du Brandebourg. Ainsi le gouvernement fédéral va-t-il inaugurer en 2019 le Humboldt Forum dans le Château de Berlin, dans lequel seront présentés de précieux trésors culturels acquis par les puissances coloniales allemandes. Ainsi l’Allemagne refuse-t-elle encore aujourd’hui le retour de milliers d’ossements humains pillés pendant la colonisation de l’Afrique et d’autres parties du monde aux fins de recherches scientifiques racistes.
Depuis la première marche en 2006, de plus en plus de participants ont rejoint nos rangs. Nous étions plusieurs centaines l’année dernière. Nous vous appelons à vous joindre à nous en 2015 pour descendre dans la rue ensemble afin de soutenir notre revendication pour un monument fondamental : les victimes de l’esclavage, du colonialisme, et de la violence raciste ne doivent pas être oubliés !

Marche commémorative le 28 février 2015. Point de ralliement : 11 heures, Wilhelmstr. 92 , 10117
Berlin

Itinéraire de la marche: dépot d’une couronne devant la plaque commémorative de la division de l’Afrique dans la Wilhelmstr. 92 - M-Straße - Auswärtiges Amt – Lustgarten devant le Humboldt-Forum.
Si vous souhaitez soutenir le travail du Komitee für ein afrikanisches Denkmal in Berlin, vous pouvez faire un don sur le compte suivant:
Titulaire du compte: Afrika-Rat, Compte Nr. 702242, BLZ 210 602 37, Evangelische
Darlehensgenossenschaft, Motif de virement: Denkmal

Coorganisateurs: Zentralrat der afrikanischen Gemeinde in Deutschland (Afrika-Rat - Dachverband afrikanischer Vereine und Initiativen Berlin Brandenburg, Afrikanischer Dachverband Norddeutschland - ADV-Nord, Afrikarat Norddeutschland, Arbeitskreis Panafrikanismus München, Afrikabund Hamburg, Pan-African Women Liberation & Empowerment Organisation - PAWLO Germany e.V., Global Afrikan Congress) Initiative Schwarze Menschen in Deutschland (ISD-Bund), The voice refugees, Initiative in Gedenken an Oury Jalloh, AFROTAK TV cyberNomads, Berliner Entwicklungspolitischer Ratschlag BER, Berlin Postkolonial, AfricAvenir International, Black Nation Germany und Joliba.

Avec l’aimable soutien de la GEW (Gewerkschaft für Erziehung und Wissenschaft, Landesverband Berlin)

back to top