EN · FR · DE
 

Première allemande de "Fadhma N'Soumer" en présence du réalisateur Belkacem Hadjadj

.

Info    Tickets: 7,50€; réduits: Berlinpass, carnets de 5 & 10, Gildepass, Heavy User Card; 030 283 46 03; www.hackesche-hoefe.org

.

Dans son magnifique biopic qui a récemment gagné le l'Étalon d'argent au  FESPACO 2015, Hadjadj donne vie à l’histoire extraordinaire de l'héroïne de la résistance populaire face à l'occupation française: Fadhma n'Soumer, aussi dénommée « Jeanne d’Arc de Kabylie»; en rôle principal l'actrice franco-libanaise Laëtitia Eïdo.

Bande-annonce (version originale, sous-titrée en français): https://vimeo.com/100197156

La décennie 1840 touche à sa fin. Mais la Kabylie reste largement insoumise. Elle est un creuset d'agitation contre l'occupant et le refuge de rebelles du nouvel ordre colonial. La France s'active à préparer la conquête de cette région stratégique. La résistance s'organise… C'est dans ce contexte que grandit Fadhma, au sein d'une famille de notables lettrés liée à une puissante confrérie religieuse. Elle révèle très vite une personnalité exceptionnelle qui ne peut se satisfaire du statut réservé à la femme dans la société rurale du 19ème siècle. Rejetant le mariage traditionnel, elle préfère la retraite solitaire. Jusqu'au jour, où l'Histoire en marche, lui fait rencontrer un destin à sa mesure...

La projection sera suivie d'une discussion avec Belkacem Hadjadj et Dr. Nora Lafi (ZMO). Il n'y aura pas de réception dans le foyer du cinéma à cause d'une première.

Avec le soutien de Brot für die Welt/EED, Katholischer Fonds, Aktion Afrika des Auswärtigen Amts. En cooperation avec Zentrum Moderner Orient (ZMO), ALFilm, Yedd e.V. et la Communauté Algérienne de Berlin.

Réalisateur
Belkacem Hadjadj est un réalisateur, producteur et acteur algérien né en 1950. Tout en suivant ses études universitaires (l’ENS), il fréquente le conservatoire et les activités culturelles –parfois « underground »-, dont l’université des années 70’s était le  vivier. Après la licence, il s’inscrit à l’INSAS (Bruxelles) pour suivre des études de cinéma, à l’issue desquelles il travaille à la RTBF (Bruxelles), puis rejoint la RTA (Alger). En 1987, il soutient à la Sorbonne un doctorat de cinéma sous la direction de Jean Rouch sur un thème qui reflète une de ses préoccupations permanentes : le rapport entre la tradition orale et l’Image. Dès l’ouverture du champ audiovisuel à l’initiative privée, il se lance dans la production de ses propres films et notamment du fameux Machahou. Depuis, le catalogue de sa société MACHAHOU PRODUCTION s’est enrichi. Et les projets ne manquent pas…

back to top