EN · FR · DE
 

Les Mécréants

Mohcine Besri, Long-Métrage, Maroc/Suisse, 2012, 88 Min., Version Originale Arabe avec sous-titres allemands.
Avec: Jamila El Haouni, Maria Lalouaz, Omar Lotfi, Amine Ennaji, Abdenbi El BeniOUi, Aïssam Bouali, Rabii Benjhail, Mostapha El Houari

Sur ordre de leur chef spirituel, trois jeunes islamistes kidnappent un groupe de comédiens en tournée avec leur dernière pièce. Arrivés sur le lieu de détention, les kidnappeurs se trouvent coupés de leur base, sans pouvoir obtenir confirmation de la mise à mort des otages. S'ensuivent alors sept jours d'attente intense, coupés du monde, au cours desquels les deux camps sont amenés à cohabiter, s'affronter et remettre en question leurs positions et préjugés mutuels...

  • Meilleur premier film, Festival national du Film, Tanger, Maroc 2012
  • Mention spéciale du jury, FAMECK, France 2012
  • Mention spéciale du jury, Cinédays, festival of european films, 2012
  • Meilleur film arabe, Festival du Film International du Caire, 2012
  • Prix du Jury, Malmö Arab Film Festival 2013
  • Prix du Jury, Oran Arab Film Fesival  2013

    Production Details

    Mohcine Besri, Fiction, Morocco/Switzerland, 2012, 88 min.
    Arabic with German, English or Spanish subtitles
    With: Jamila El Haouni, Maria Lalouaz, Omar Lotfi, Amine Ennaji, Abdenbi El BeniOUi, Aïssam Bouali, Rabii Benjhail, Mostapha El Houari

    Distribution

    Distribution: Monde à l'exception de la Suisse et du Maroc
    Format: DCP, BluRay ou DVD
    Langues: Arabe avec sous-titres allemands, anglais, français ou espagnols
    Poster/Photos/Dossier Presse: sur demande en format digital
    Contact: info(at)africavenir.org 

    Échos dans la presse

    "Ce huis clos évite les facilités de la caricature et toute tentation manichéenne. En confrontant l’irrépressible élan libertaire à l’obscurantisme, il témoigne des enjeux du Printemps arabe et pose un principe ontologique indiscutable: 'La valeur de l’être humain ne dépend pas de la longueur de la barbe ni de celle de la jupe'".Antoine Duplan, Le Temps, Suisse

    "Un drame mis en scène avec humanité et une certaine ambiguïté dans son traitement habile du clivage bien et mal, bref, on aime, au point qu’on s’étonne même qu’il s’agisse là seulement du premier long métrage de Mohcine Besri." Pascal Gavillet, Tribune de Genève

    "Les Mécréants se révèle un thriller psychologique bien mené, tendu par un suspense parfaitement agencé. Mohcine Besri a surtout le mérite d’éviter tout manichéisme dans le portrait des protagonistes – comme le titre du film est à double sens, qui peut désigner autant les comédien-ne-s impies que les musulmans intégristes à la foi dévoyée." Mathieu Loewer, Le Courrier, Suisse

    "Alors que tout le groupe, échoué dans une maison de campagne solitaire, attend les instructions du commandeur fondamentaliste, Besri a le temps de dévoiler les personnalités très différentes des deux camps. Croyant fermement qu'ils vont être exécutés, les comédien-ne-s considèrent les options leur restant et essaient d'entrer en dialogue avec leurs ravisseurs, tout ceci par des dialogues très bien écrits qui les mènent bien au-delàs de leur fossé idéologique. La sympathie du réalisateur se situe de façon évidente du côté des commédien-ne-s. Pourtant, Les Mécréants ne présente pas les fondamentalistes religieux comme des fous, mais leur accorde une vraie personnalité. Bien qu'il s'agisse sans aucun doute d'un film d’idées, Besri ne délaisse pas le moins du monde les aspects visuels grâce à une conduite de la caméra relativement souple qui suit les dynamiques au fur et à mesure qu'elles évoluent." Boyd Van Hoeij, Cineuropa

    "Un huit clos aux accents beckettiens." Sarah Haidar, algérie news

    "Les mécréants, un film courageux, qui traite d’une manière nouvelle le sujet du terrorisme intellectuel, devenu une partie de notre quotidien." Le journal Al Itihad, Abu Dhabi

    "Les Mécréants, un film qui nous questionne et qui comporte une sincère invitation à douter de ses propres préjugés, par son courage, ce film risque de déranger tous ceux qui pensent détenir la vérité avec certitude." Doaa Sultane, Tahrir news, Egypte.

    Prix

    • Best first Feature, National Film Festival, Tangier, Morocco 2012
    • Special mention of the Jury, FAMECK, France 2012
    • Special mention of the Jury, Cinédays, festival of european films, 2012
    • Best Arab Film, Cairo International Film Festival, 2012
    • The Jury Award, Malmö Arab Film Festival 2013
    • The Jury Award, Oran Arab Film Fesival  2013

    Le réalisateur Mohcine Besri à propos de son film

    « D’un côté ... des hommes ne supportant plus leurs conditions de vie quotidiennes et l’absence de perspective d’un avenir meilleur, perdus dans un Maroc en total bouleversement et qui tente d’entrer de plein pied dans la modernité; une modernité qu’ils refusent et à laquelle ils s’opposent avec virulence, en s’enfermant dans l’obscurantisme religieux. De l’autre côté ... des femmes et des hommes, issus de milieux comparables, subissant les mêmes abus, se révoltant contre les mêmes maux, mais pour qui la modernité n’est ni un gadget ni un slogan politique. Ils profitent du début de liberté offert par les bouleversements du pays pour en réclamer d’avantage et si leur militantisme à travers le théâtre n’est pas plus efficace que le fanatisme religieux des premiers, par son action à visage découvert, il est néanmoins salutaire. Ces deux camps ne sont généralement pas amenés à se connaitre véritablement, leurs préjugés sur la partie adverse les empêchant d’apercevoir l’être humain derrière la longue barbe ou sous la minijupe. 

    Les Mécréants» propose une telle rencontre: sept jours passés en huis clos permettent aux certitudes de céder immanquablement la place au doute, partant du postulat qu’ils sont chacun des personnes uniques, mais surtout des personnes dont le dénominateur commun dépasse largement leurs différences.

    Les Mécréants» propose un état des lieux à la veille d’un certain printemps arabe, qui n’est à mon sens qu’une suite logique des politiques suivit par les regimes en place, dans des pays où les peuples, comme partout ailleurs, n’aspirent qu’à une seule chose, vivre en paix avec dignité. »

    « J'ai choisi l'islamisme mais ce n'est pas le thème principal de ce film et de toutes les autres réalisations que je ferais. Je veux traiter de la certitude. Je déteste les têtes remplies de certitude, que l'on retrouve d'ailleurs dans plein de schémas : l’extrémisme religieux, les laïcs, les politiques. Petite anecdote, j'avais écrit sur la page de garde du scénario des Mécréants une phrase de Nietzsche :"Ce n'est pas doute qui rend fou, c'est la certitude". Pour en revenir à ta question, je n'ai pas voulu confronté l'islamisme à l'humanise parce que pour moi l'Homme est partout. Mais, il y a des têtes que l'on rempli de certitudes et qui deviennent dangereuses. Alors j'ai voulu prendre deux extrêmes et les enfermer pour démontrer que leurs points communs sont supérieurs à leurs différences. Nous avons tous nos certitudes mais nous devons les vaincre au quotidien. »

    Le réalisateur

    Né à Mèknes (Maroc) en 1971, après des études de physique chimie à la faculté de Rabat et quelques petits rôles dans différents films, Mohcine Besri part en Suisse pour faire des études d’informatiques, il travaillera dans la finance avant de devenir enseignant de Mathématiques, en parallèles, il revient au cinéma, mais cette fois pour raconter des histoires. Après quelques expériences dans l’assistanat, il tourne deux courts métrage, co-écrit «Opération Casablanca» un long-métrage réalisé par Laurent Nègre avant de commencer l’écriture de son premier long-métrage «Les Mécréants».

    back to top