130 ans de résistance anticoloniale au Cameroun: Texte intégral du “Voeux des Camerounais” et du Traité du 12 juillet 1884

Editions AfricAvenir/Exchange & Dialogue publie le deuxième extrait inédit du prochain ouvrage du prince Kum’a Ndumbe III, paru dans LE MESSAGER nr 4132 du 01 août 2014. Il s'agit du texte intégral intitulé “Voeux des Camerounais” et du "Traité du 12 juillet 1884".

Avant de signer le traité du 12 juillet 1884, les rois et chefs camerounais exigent des garanties au consul allemand que celui-ci donne en apposant sa signature :

Wünsche der Kamerun–Leute / Voeux des Camerounais
Cameroon River, July 12th. 1884.

Our wish is that white men should not go up and trade with the Bushmen, nothing to do with our markets; they must stay here in this River, and then give us trust [1] so that we will trade with our Bushmen.

We need no protection, we should like our country to annex with the Government of any European Power.

We need no alteration about our Marriages, we shall marry as we are doing now.

Our cultivated ground must not be taken from us, for we are not able to buy and sell as other country.

We need no duty or custom House in our Country.

We shall keep bullocks, pigs, goats, fowls as it is now and also no duty on them.

No man shall take another mans wife by force or else a heavy fine.

We need no fighting and beating without fault and no imprisonment on paying the trust without notice and no man should be put to Iron for the trust.

We are the chiefs of Cameroons.

The Imperial German Consul                                                                                  Emil Schulze

Comme on le constate, seul le consul allemand Emil Schulze avait signé ce texte pour engager son pays à respecter ces vœux des Camerounais. Ce texte ne porte la signature d’aucune partie camerounaise.

C’est une fois ces « vœux des Camerounais » garantis par la signature du Consul allemand que les Rois Deido, Bell et Akwa vont signer le traité de transfert de souveraineté. Le roi de Bimbia et Jim (Epee) Ekwalla de Deido signeront cependant déjà le 11 juillet, Bell et Akwa signeront le 12 juillet chacun un document séparé, même si chacun s’engage comme témoin sur le traité signé par l’autre roi. Il est donc faux, comme on le lit souvent dans certains livres, que le Roi Akwa aurait signé le traité, et que le roi Bell ne figurait que comme témoin. Les trois traités sont aujourd’hui disponibles. Le seul roi qui refusera d’apposer sa signature sera Lock Priso de Hickory Town (aujourd’hui Bonabéri).

Traité du 12 juillet 1884

Le traité du 12 juillet 1884 ne reprend pas toutes les garanties stipulées dans le pré-traité (Vœux des Camerounais). Les réserves retenues par le traité de transfert de souveraineté seront les suivantes :

  • Les traités de commerce signés avec les autres puissances étrangères demeurent valables
  • La douane reste au profit des rois camerounais
  • Les terres cultivées demeurent les terres des Camerounais et de leurs héritiers
  • Les droits de souveraineté, de législation et d’administration sont cédés aux Allemands
  • Les coutumes camerounaises seront respectées pendant le temps de transition

Nous reproduisons ici le texte original :

„We, the undersigned independent Kings and Chiefs of the country called Cameroons situated on the Cameroos-river, between the River Bimbia on the North Side, the River Qua-Qua on the south Side and up to 4°10’ North lat have in a meeting held today in the German Factory on King Aqua’s Beach, voluntarily concluded as follows :

We give this day our rights of sovereignty, the Legislation and Management of this our Country entirely to Mr. Edouard Schmidt acting for the firm C. Woerman and Mr. Johannes Voss acting for Misters Jantzen § Thormählen, both in Hamburg, and for many years trading in this River.

We have conveyed our rights of Sovereignty, the legislation and Management of this our country to the firms mentioned under the following reservation:

  1. Under reservation of rights of third persons
  2. reserving that all friendship and commercial treaties made before with other foreign governments shall have full power
  3. that the land cultivated by us now and the places, the towns are built on shall be the property of present owners and their successors
  4. that the Coumie shall be paid annually as it has been paid to the Kings and Chiefs before
  5. that during the first time the establishing and administration here, our country fashions will be respected.

Cameroons the twelfth day of July thousand eight hundred and eighty four.” [2]

Lock Priso (Kum’a Mbappe) de Bonabéri dénoncera ce transfert de souveraineté à l’Allemagne, insistant qu’il fallait continuer à négocier avec les Anglais. Il dénoncera la corruption des rois lors de l’obtention des signatures du traité pour le transfert de souveraineté. Dans sa lettre du 28 août 1884 au consul allemand par laquelle il refuse de reconnaître la souveraineté de l’Empire allemand sur son territoire et demande aux Allemands d’enlever leur drapeau qu’ils ont fait flotter sur son territoire, il dit avoir refusé les nombreux cadeaux qui lui furent proposés pour obtenir sa signature. [3] En effet, les autres rois avaient obtenus pour la signature les « dash » ou cadeaux suivants [4] :

  • Roi Deido : (Jim (Epée) Ekwalla), obtient une promesse de 400 Kroo
  • Roi Bell (Ndumbe Lobe): obtient de l’Agent Schmidt un bon de la société Woermann d’une valeur de 1120 Kroo
  • Roi Akwa (Dika Mpondo) obtient avec ses notables de l’Agent Voss de la société Jantzen & Thormählen un bon d’une valeur de 1120 Kroo

1 Kroo camerounais = 20 Mark du Reich allemand en 1884

Documents inédits extraits du livre du Prince Kum’a Ndumbe III, « PULL THAT FLAG DOWN - NO MAN BUY WE ! Premiers actes de résistance anti-coloniale et anti-apartheid au Cameroun - De Lock Priso (Kum’a Mbape), Mpondo Akwa à Rudolf Duala Manga Bell 1884-1916 - Documents Inédits - Editions AfricAvenir/Exchange & Dialogue, 2014 » Sortie en librairie : novembre 2014 et confiés en exclusivité au MESSAGER en août 2014 pour publication.

Copyright : © Kum’a Ndumbe III et Editions AfricAvenir/Exchange & Dialogue.

Notes:
[1] Le terme « trust » signifie ici marchandise, marchandise donnée à crédit, et non pas confiance ou taxe, comme on le retrouve dans la traduction malheureusement fausse publiée dans le livre d’Adalbert Owona, La naissance du Cameroun 1884-1914, Paris, L’harmattan 1996, p. 202. Avec une traduction inexacte, l’interprétation du document aussi pose problème !

[2] : Publié dans:  Brackmann, Fünfzig Jahre deutscher Afrikaschiffahrt. Die Geschichte der Woermann-Linie und der Deutschen Ost-Afrika-Linie. Berlin 1935, après p.8 ; cf aussi : Stoecker, H., Kamerun unter deutscher Kolonialherrschaft II, S. 110, Berlin 1968, p.259.

[3] Lettre de Lock Priso et ses notables au consul allemand, Hickory Town, August 28, 1884, in : Shirley G. Ardener, Eye-Witnesses to the Annexation of Cameroon 1883-1887, Ministry of Primary Education and West Cameroon Antiquities Commission,, Buea, 1968, p.38-39

[4] cf. Stoecker, H. Kamerun unter deutscher Kolonialherrschaft, I, op.cit. p. 68

© Copyright AfricAvenir 2014