EN · FR · DE
 

Samir Amin: Repenser l’aide au développement

Article publié par |+| Pambazuka. Si, comme on le prétend, il y a dans l’aide deux « partenaires » - en principe égaux – le pays donateur et le pays bénéficiaire, l’architecture du système aurait dû être négociée entre ces deux ensembles d’Etats. Il n’en est rien. Le débat sur l’aide a été enfermé dans un corset serré, dont l’architecture a été définie dans la « Paris Declaration on Aid Effectiveness » (2005), rédigée au sein de l’OCDE, imposée aux pays bénéficiaires de l’aide par l' « Accra Action Agenda » (2008). Dès le départ la procédure choisie est donc illégitime.

 La conditionnalité générale, définie par l’alignement sur les principes de la mondialisation libérale, est omniprésente : favoriser la libéralisation, ouvrir les marchés, devenir « attractif » pour les investissements privés étrangers. De surcroît les moyens du contrôle politique de la Triade (Etats-Unis, Europe et Japon) ont été renforcés par l’adjonction d’une conditionnalité politique : le respect des droits humains, la démocratie électorale et pluripartiste, la bonne gouvernance, assaisonnés par le discours insipide sur la "pauvreté". La Déclaration de Paris constitue donc un recul en comparaison des pratiques « des décennies du développement » (1960-1970) lorsque le principe du choix libre par les pays du Sud de leur système et de leurs politiques économiques et sociales était admis.

La pauvreté, la société civile, la bonne gouvernance : la rhétorique pauvre du discours dominant de « l’aide »

Le terme même de « pauvreté » relève du langage de la charité, antérieur à la constitution du langage développé par la pensée sociale moderne, qui cherche à être scientifique, c'est-à-dire à découvrir les mécanismes qui engendrent un phénomène observable.

Telle qu’elle nous est proposée, la « société civile » en question est associée à une idéologie du double consensus:

 

  1. qu’il n’y a pas d’alternative à « l’économie de marché » (expression elle-même vulgaire pour servir de substitut à l’analyse du « capitalisme réellement existant ») ;
  2. qu’il n’y a pas d’alternative à la démocratie représentative fondée sur le multipartisme électoral pour servir de substitut à la conception d’une démocratisation de la société, étant elle-même un processus sans fin.

Le concept authentique de société civile doit restituer toute leur place aux organisations de lutte : des travailleurs (syndicats), des paysans, des femmes, des citoyens. Il intègre et n’exclut donc pas les partis politiques du mouvement, réformateurs ou « révolutionnaires ». A leur place le discours de l'"aide" donne la prééminence aux « ONG ». Cette option est indissociable d’un autre pan de l’idéologie dominante, qui voit dans « l’Etat » l’adversaire par nature de la liberté. Dans les conditions de notre monde réel, cette idéologie revient à légitimer « la jungle des affaires », comme la crise financière en cours l’illustre.

La « gouvernance » a été inventée comme substitut au « pouvoir ». L’opposition entre ses deux qualificatifs – bonne ou mauvaise gouvernance – rappelle le manichéisme et le moralisme, substitué à l’analyse de la réalité. Encore une fois cette mode nous vient de la société d’outre Atlantique, où le sermon domine le discours politique. L’idéologie visible sous jacente s’emploie tout simplement à évacuer la question véritable : quels intérêts sociaux le pouvoir en place, quelqu’il soit, représente et défend ? Comment faire avancer la transformation du pouvoir pour qu’il devienne progressivement l’instrument des majorités, en particulier des victimes du système tel qu’il est ? Etant entendu que la recette électorale pluripartiste a prouvé ses limites de ce point de vue et que, dans les faits, les diplomaties de la triade impérialiste pratiquent le "deux poids, deux mesures" sans scrupule, singulièrement en ce qui concerne les "droits de l'homme".

Aide, géo-économie, géopolitique et géostratégie

Les politiques d’aide, le choix des bénéficiaires, des formes d’intervention sont indissociables des objectifs géopolitiques.

Les différentes régions de la Planète ne remplissent pas des fonctions identiques dans le système libéral mondialisé. L’Afrique sub-saharienne est parfaitement intégrée dans ce système global, et en aucune manière « marginalisée » comme on le dit hélas, sans réfléchir, trop souvent : le commerce extérieur de la région représente 45 % de son PIB, contre 30 % pour l’Asie et l’Amérique latine, 15 % pour chacune des trois régions constitutives de la triade. L’Afrique est donc quantitativement « plus » et non « moins » intégrée, mais elle l’est différemment.(1)

La géo-économie de la région repose sur deux ensembles de productions déterminantes dans le façonnement de ses structures et la définition de sa place dans le système global :

  1. des productions agricoles d’exportation « tropicales » : café, cacao, coton, arachides, fruits, huile de palme etc,
  2. les hydrocarbures et les productions minières : cuivre, or, métaux rares, diamant etc. Les premiers sont les moyens de « survie », au-delà de la production vivrière destinée à l’auto-consommation des paysans, qui financent la greffe de l’Etat sur l’économie locale et, à partir des dépenses publiques, la reproduction des classes moyennes. Ces productions intéressent plus les classes dirigeantes locales que les économies dominantes. Par contre, ce qui intéresse au plus haut point ces dernières ce sont les produits des ressources naturelles du continent. Aujourd’hui les hydrocarbures et les minerais rares. Demain les réserves pour le développement des agro-carburants, le soleil, l’eau.

La course aux territoires ruraux destinés à être convertis à l’expansion des agro-carburants est engagée en Amérique latine. L’Afrique offre, sur ce plan, de gigantesques possibilités. Madagascar a amorcé le mouvement et déjà concédé des superficies importantes de l’Ouest du pays. La mise en œuvre du code rural congolais (2008), inspiré par la coopération belge et la FAO permettra sans doute à l’agri-business de s’emparer à grande échelle de sols agraires pour les « mettre en valeur », comme le Code Minier avait permis naguère le pillage des ressources minérales de la colonie. Les paysans, inutiles, en feront les frais ; la misère aggravée qui les attend intéressera peut être l’aide humanitaire de demain et des programmes « d’aide » pour la réduction de la pauvreté !

La nouvelle phase de l’histoire qui s’ouvre est caractérisée par l’aiguisement des conflits pour l’accès aux ressources naturelles de la planète. La triade entend se réserver l’accès exclusif à cette Afrique « utile » (celle des réserves de ressources naturelles), et en interdire l’accès aux « pays émergents » dont les besoins sur ce plan sont déjà considérables et le seront de plus en plus. La garantie de cet accès exclusif passe par le contrôle politique et la réduction des Etats africains au statut d’"Etats clients". L’aide extérieure remplit ici des fonctions importantes dans le maintien des Etats fragiles dans ce statut.

Il n’est donc pas abusif de considérer que l’objectif de l’aide est de « corrompre » les classes dirigeantes. Au-delà des ponctions financières (bien connues hélas, et pour lesquelles on fait semblant de croire que les donateurs n’y sont pour rien !), l’aide devenue « indispensable » (puisqu’elle devient une source importance de financement des budgets) remplit cette fonction politique. Il est alors important que cette aide ne soit pas réservée exclusivement et intégralement aux hommes aux postes de commande, au « gouvernement ». Il faut aussi qu’elle intéresse également les « oppositions » capables de leur succéder. Le rôle de la société dite civile et de certaines ONG trouve sa place ici.

L’aide en question, pour être politiquement efficace, doit également contribuer à maintenir l’insertion des paysans dans ce système global, cette insertion alimentant l’autre source des revenus de l’Etat. L’aide doit donc également s’intéresser au progrès de la «modernisation » des cultures d’exportation. Le cas du Niger illustre à la perfection l’articulation ressources minérales stratégiques (l’uranium) / aide « indispensable » / maintien du pays dans le statut d’Etat client.(2)

Dans un excellent article publié par le Monde Diplomatique (3), l’auteur a établi avec force cette liaison. Le Niger est, pour les puissances occidentales, avant tout, un « pays de l’uranium ». Les diplomaties de la triade le savent et la situation géographique du Niger leur fait craindre le pire. C’est pourquoi l’arme de la « rébellion touareg » est mobilisée ici, avec cynisme. Le conflit autour des concessions, jadis monopole exclusif de la France, révèle la réalité de la menace (par l’entrée en lice de la Chine).

Les contours d’une aide alternative qui mériterait son nom

L’élaboration d’une vision globale de l’aide ne peut être déléguée à l’OCDE, à la Banque Mondiale ou à l’Union Européenne. Cette responsabilité revient à l’ONU et à elle seule. Que cette organisation soit, par nature, limitée par le monopole des Etats, censés représenter les peuples, soit. Mais il en est tout autant des organisations au service de la triade. Que l’on se propose de renforcer une présence plus « directe » des peuples aux côtés des Etats, soit. Discuter des formes possibles de celle-ci mérite attention. Mais cette présence doit être conçue pour renforcer l’ONU. On ne peut lui substituer des formules de participation d’ONG (triées sur le volet) à des conférences conçues et gérées par le Nord (et manipulées forcément par les diplomaties du Nord). C'est pourquoi il faut soutenir l’initiative prise par l’ECOSOC en 2005 pour la création du « Developpement Cooperation Forum » (DCF). Cette initiative amorce, sur cette question, la construction de partenariats authentiques dans la perspective de celle d’un monde polycentrique. L’initiative est, comme on pouvait l’imaginer, fort mal reçue par les diplomaties de la Triade.

Mais il faut aller plus loin et oser franchir une « ligne rouge ». Non pas « réformer » la Banque Mondiale, l’OMC, le FMI. Non pas se limiter à dénoncer les conséquences dramatiques de leurs politiques. Mais proposer des institutions alternatives, en définir positivement les tâches et en dessiner les contours institutionnels. L’option pour une aide alternative est indissociable de la formulation d’un développement alternatif. Les grands principes qui donnent un sens au développement sont au moins les suivants :

  1. Le développement exige la construction de systèmes productifs diversifiés, c'est-à-dire en premier lieu engagés sur la route de l’industrialisation. On ne peut que constater le refus tenace de reconnaître la nécessité de cette perspective pour l’Afrique subtropicale. Comment comprendre autrement les propos concernant la "dérive industrielle démentielle" tenue sur le sujet qui devraient faire rire (quel est le pays africain actuel concerné qui est « sur-industrialisé » !), hélas repris parfois par des amis « altermondialistes ». Ne voit-on pas que ce sont précisément les pays qui se sont engagés sur cette voie « démentielle » qui sont aujourd’hui les pays dits émergents (la Chine, la Corée et quelques autres) ?
  2. A leur tour, la diversification et l’industrialisation exigeront la construction de formes de coopérations régionales adéquates. Les formes de celles-ci doivent être réinventées pour être cohérentes avec les objectifs du développement dessinés ici. Les « marchés communs » régionaux, qui dominent les institutions en place (quand elles existent et fonctionnent) ne le sont pas, ayant été conçus, eux-mêmes, comme des blocs constitutifs de la mondialisation libérale (4). La coopération Sud Sud doit prendre la relève. D'ailleurs, pour de bonnes raisons, les pays du Sud donateurs ont refusé de participer au "club des donateurs" de la triade impérialiste.
  3. Les problèmes du monde rural et du développement de l’agriculture ne peuvent pas ne pas être placés au centre de la définition d’une stratégie pour un autre développement La Déclaration de Paris ne sort pas du cadre de la vision héritée de la colonisation, c'est-à-dire celle d’une agriculture d’exportation de produits tropicaux, lesquels bénéficieraient selon la théorie conventionnelle « d’avantages comparatifs ». En contrepoint, il faut donner la priorité au vivrier dans la perspective de la souveraineté alimentaire et non de la sécurité alimentaire qui est à l'origine de la « crise alimentaire » en cours. Cette priorité implique la mise en oeuvre de politiques fondées sur le maintien d’une population rurale importante (en réduction lente et non accélérée). L’accès aussi égal que possible au sol et aux moyens de l’exploiter correctement, commande cette conception de l’agriculture paysanne. Cela implique ici des réformes agraires, là le renforcement de la coopération, partout des politiques macro-économiques adéquates (crédit, fourniture des intrants, commercialisation des productions). Ces mesures sont différentes de celles que le capitalisme historique a mis en œuvre en Europe et en Amérique du nord, fondées sur l’appropriation du sol, sa réduction au statut de marchandise, la différenciation sociale accélérée au sein de la paysannerie et l’expulsion rapide du surplus de ruraux « inutiles » (5). L’option préconisée par le système dominant, fondée sur la rentabilité financière et le productivisme à court terme (augmenter rapidement la production, au prix de l’accélération de l’expulsion des paysans en surplus) répond certes bien aux intérêts des transnationales de l’agro-business et d’une classe nouvelle de paysans riches associés, mais pas à ceux des classes populaires et de la Nation. L'alternative implique une remise en cause radicale de la libéralisation mondialisée de la production et du commerce international des produits agricoles et alimentaires, comme l'a démontré avec force Jacques Berthelot. Elle passe par des politiques nationales de construction/reconstruction de Fonds nationaux de stabilisation et de soutien aux productions concernées complétées par la mise en place de Fonds internationaux communs pour les produits de base, permettant une réorganisation alternative efficace des marchés internationaux des produits agricoles (6).
  4. Le développement alternatif esquissé impose une maîtrise véritable des rapports économiques avec l’extérieur, entre autre l’abandon du système des « changes libres », prétendus « régulés par le marché », au bénéfice de systèmes nationaux et régionaux de changes contrôlés. Il se fonde sur le principe de la priorité donnée aux marchés internes (nationaux et régionaux), et, dans ce cadre, en premier lieu, aux marchés répondant à l’expansion de la demande des classes populaires, non au marché mondial. C’est ce que j’appelle un développement autocentré et déconnecté, rejoignant les développements proposés par Yash Tandon dans le livre auquel cette préface est consacrée.


NOTES :

(1) Samir Amin, Is Africa really marginalized ?, in, Helen Lauer (ed), History and Philosophy of Science, Hope Public, Ibadan 2003.

(2) Le cas du Niger, étudié par une équipe du FTM, est exemplaire. Ce pays reçoit une "aide" d'une ampleur exceptionnelle (50 % de son budget) et demeure néanmoins en queue de la liste des pays les plus pauvres. Faillite de l'aide ? Ou plutôt faillite du modèle de développement imposé par cette "aide".

(3) Anna Bednik, Bataille pour l’Uranium au Niger, Le Monde diplomatique, Juin 2008.
(4) Samir Amin et Bernard Founou-Tchuigoua, Les régionalisations, quelles régionalisations ? Site Web FTM ; partiellement in S. Amin et alii, Afrique, exclusion programmée ou Renaissance, Maisonneuve et Larose, 2005, pp 129 et suiv.

(5) Samir Amin, Globalisation and the Agrarian Question; in, B.N. Ghosh (ed), Globalisation and the Third World, Palgrave 2006.

(6)Jacques Berthelot, Site Web. Jean Pierre Boris, Le roman noir des matières premières, Pluriel, 2005.

* Samir Amin est président du Forum du Tiers monde

* Veuillez envoyer vos commentaires à editor(at)pambazuka.org ou commentez en ligne sur www.pambazuka.org
(une première partie de ce dossier consacrée à Nyerere a été publiée dans les éditions 121 et 122 de Pambazuka)

back to top