Book

Hassouna Mansouri: L'image confisquée

.

Price: 14.00 EUR

.

Certaines images sont interdites d’accès pour une certaine critique, ou plus simplement pour un public. D’où le titre L’Image confisquée. Non pas que cette image existe en soi. Non plus que je me réclame d’une certaine propriété ou paternité d’une certaine image. Mais au sens que l’image des cultures de la « périphérie » a du mal à être visible et la littérature critique que ces cultures pourraient développer serait par définition caduque. Le critique subit une double frustration : d’une part il lui est difficile d’accéder en quantité ou en qualité à la production mondiale, d’autre part il n’accède pas ou difficilement à la production de sa « propre culture ».

Les textes dans ce livre sont une colection d'analyses et d'interventions que j'ai été sollicité de faire tant sur le cinéma tunisien que sur le cinéma africain. L’on comprendra dès lors que les textes contenus dans ce volume sont de tons très différents. De toutes façons, ils sont très hétérogènes en termes de contenus et en termes d’angles d’approche. Certains sont des réflexions théoriques dans lesquelles j’essaye de situer les cinématographies africaines par rapport au reste du monde. D’autres sont de facture plutôt journalistiques qui se présentent comme des témoignages sur une actualité en mouvement. D’autres encore sont consacrés à des films ou à des parcours de cinéastes (Brahim Tsaki, Abdellatif Kechiche, Karen Albou, Mahamat-Saleh Haroun) qui sont pour moi comme des moments d’arrêts sur image où j’analyse des films en particulier les considérant comme des exemples de cette image qui échappe.

A la fin de l’ensemble on trouvera deux interviews. Ils sont pour moi plus qu’exercice ordinaire de journalisme; ce sont plutôt des « conversations » que j’ai eues avec deux cinéastes, en l’occurrence Mahamat-Saleh Haroun (Tchad) et Haile Gerima (Ethiopie), qui m’ont amené à nuancer mes idées. En cela je reste fidèle à l’idée que critiques et auteurs se complètent dans la mesure où ces derniers permettent aux premiers de s’exprimer. C’est donc ici une manière de rendre hommage à ces cinéastes qui osent des formes nouvelles et autorisent les critiques à développer leurs discours.

Hassouna Mansouri est critique de cinéma et chercheur dans le domaine de la sémantologie culturelle. Il collabore régulierement à des publications périodiques et écrit en trois langues: arabe, francais et anglais. Il est très actif dans les organisations internationales de la critique de cinéma à travers la fédération africaine (FACC) et la fédération international (FIPRESCI). Il a collaboré à plusieurs ouvrages collectifs sur le sinéma et notamment sur le cinéma du Sud. Il a déjà publié un essai: De l'idnetité, ou pour une certain tendance du cinéma africain. L'image confisquée est son deuxième ouvrage et il a un troisième sous presses: They will not represent themselves. Au niveau académique, il s'interesse aux théories de l'interpretation et à la question de l'altérité.

© Copyright AfricAvenir 2014