EN · FR · DE
 

Unaufhaltsamer Aufbruch Afrikas & seine Beziehung zur Aussenwelt

.

.

Forum de dialogue et table ronde

L'océan Atlantique et la mer Méditerranée sont devenus des tombes géantes à ciel ouvert pour les migrant.e.s africain.e.s désespéré.e.s qui tentent tous les jours de franchir le haut mur qui sépare la civilisation des barbares. Les cercueils alignés les uns à côté des autres scellent la fin de l'espoir. Ils fuient la faim, les dictatures médiévales, l'abîme profondément sombre de la mort imminente dans leur propre patrie. "Shithole Countries", comme le président élu américain Donald Trump appelle ces pays d'Afrique. D'autres aussi. De sa mémoire a été effacée semble-t-il que son prédécesseur, Barack Hussein Obama, est le fils d'un Africain du Kenya, et qu'aucun autre président contemporain n´a été aussi honoré et célébré que Nelson Mandela.

L´image des damné.e.s de l'Afrique remplit depuis des siècles en Europe, en Amérique et ailleurs encore, les caisses des soi-disants généreux sauveurs des personnes dans le besoin.

Seulement quelque chose a changé: l'Union africaine exige officiellement des excuses du président américain Trump. Le pays du Nigeria à lui seul aura dans 12 ans plus d'habitants que les Etats-Unis avec 410 millions de citoyens. Le Nigérian Adebayo Ogunlesi (64 ans en 2018) a acheté en 2006 le London City Airport, ainsi que le Gatwick Airport de Londres en 2009 pour 1,455 milliards £, soit 2,39 milliards $ US. En 2012, il est devenu l´acquéreur de l'aéroport d'Edimbourg.

L'Afrique, berceau de l'humanité, comptera en 2050, soit dans 32 ans, un total de 2,5 milliards de citoyen.e.s. En 1900, l'Afrique ne représentait que 8,17% de la population mondiale, avec 133 millions d´habitant.e.s. En l'an 2100, chaque 4ème habitant.e de la terre sera africain.e. Le continent comptera alors 4.467 milliards de personnes, soit 40% de la population mondiale. D'ici 2050, un.e jeune sur trois âgé.e entre 15 et 29 ans vivra en Afrique. L'intelligentsia Africaine s'est structurée depuis l'indépendance (dans les années soixante), et établit lentement un mode de pensée indépendant des pays étrangers. La lutte de l'économie Africaine au service de l'Afrique et des Africain.e.s bat son plein pour ne plus se positionner au service des pays étrangers. Au cours des 15 dernières années, la plupart des pays d'Afrique ont connu une croissance économique soutenue, avec des taux de croissance dépassant parfois les 5% par an. La montée de l'Afrique est imparable et indubitable. Ceux qui veulent conserver dans leur pays l'image nostalgique d´une Afrique misérable, auront une responsabilité historique au détriment de leur propre peuple.

 

À propos du maître de conférence:

Par le Prince Kum'a Ndumbe III, professeur émérite à l'université, fondateur de AfricAvenir International

Le Prince Kum'a Ndumbe III. le Bele Bele, originaire du Cameroun, a recu son doctorat en histoire et littérature allemande à l'Université de Lyon II en 1975 et a passé l´agrégation en sciences politiques en 1989 à l'Université libre de Berlin. Il a enseigné à l'Université de Lyon II, à l´Université catholique de Lyon et à l'Institut Otto Suhr la science politique à l'Université libre de Berlin. Par ailleurs, il est professeur émérite à l'Université de Yaoundé I où il a donné des conférences entre 1979 et 2011. En tant qu'auteur et écrivain, il publie depuis 1973 en français, en allemand (13 ouvrages), en anglais ainsi qu´en doua, sa langue maternelle. En 1985, il a fondé AfricAvenir International, dont le siège se situe aujourd´hui  à Douala / Cameroun et ses différentes sections à Berlin et à Paris. La maison d´édition Editions AfricAvenir a été fondée par lui en 1985. En 2016 il a créé une école doctorale pluridisciplinaire, "Patrimoine & Innovations" à Douala, en collaboration avec la Fondation Düsseldorf Gerda Henkel et les professeur.e.s des universités de Douala, Yaoundé I, Yaoundé II, Dakar, Bouaké, Paris Nanterre et Paris Panthéon-Assas. www.fondationafricavenir.org

Inscription à buero(at)africavenir.org 

Financé par Engagement Global avec le soutien financier du Ministère fédéral de la coopération économique et du développement

back to top