Dialogforum avec Peggy Piesche: „La (non-)présence de la blanchitude au musée“, vendredi 6 décembre 2013, 19 heures, August-Bebel-Institut.

AfricAvenir vous invite le vendredi 6 décembre à 19 heures à un forum de dialogue organisé dans le cadre du projet „Objections décoloniales au Forum Humboldt“ en compagnie de Peggy Piesche, spécialiste de la littérature et de la culture. Au sein de ce forum, intitulé „La (non-)présence de la blanchitude au musée“, sera discuté le rôle joué par les musées européens dans la construction et la transmission d’un imaginaire colonial et raciste. Alors qu’au centre de Berlin est sur le point d’être construit un musée dont l’ambition est de transmettre des « connaissances sur le monde », sera posée la question de savoir comment décoloniser la culture allemande.

Le concept des expositions prévues pour le futur Château de Berlin s’inspire de l’idée des « chambres des merveilles », lieux dans lesquel étaient entreposées et exposées « rarités » ou « curiosités » des plus hétéroclites. Apparues à la Renaissance dans les propriétés royales, elles servaient non seulement la représentation du pouvoir royal et de sa renommée mondiale mais jouèrent aussi un rôle fondamental dans l’essor de la science moderne qui entendait expliquer et comprendre l’univers. Aujourd’hui, les institutions participant à la réalisation du projet Humboldt souhaitent que le Forum Humboldt « reprenne les fonctions de l’ancien château et les adapte au contexte moderne ».

Le choix de cette forme de musée est néanmoins très controversé, non seulement car les « chambres des merveilles », en tant que coffres aux trésors publics impériaux, étaient complices du pouvoir, mais aussi parce que la science jouait à l’époque un rôle actif dans la formation du regard colonial sur les « Autres ». Les « non-européens-nes » n’y apparaissent en effet que comme des objets statiques sans histoire propre et sont limités-ées au rôle d’amateurs-trices et de victimes. Le visiteur ou la visiteuse blanc-he se sent à l’inverse dans cet espace tel-le un explorateur ou une exploratrice, libre de contempler les divers objets artistiques et culturels mis à sa disposition. Afin d’empêcher ce type de production et de transmission des connaissances, il est indispensable que la forme du musée et la facon dont les objets seront présentés soient discutées de manière critique. Il convient notamment de se demander qui raconte ici son histoire, et à qui cette histoire s’adresse-t-elle.

Peggy Piesche a analysé dans de nombreux articles, publications et exposés la construction par les images et les regards du sujet „racifié“. Elle a notamment mis en évidence le fait que la production d’une normalité blanche par exclusion de la différence fonctionne comme un instrument de pouvoir qui nie et marginalise la subjectivité migratoire, diasporique et Noire. Au cours du forum de discussion, elle nous montrera le rôle joué aujourd’hui encore par les musées dans ce processus et proposera une perspective critique sur le thème de la décolonisation de la culture allemande.

Peggy Piesche
est une spécialiste noire allemande de la littérature et de la culture étant née et ayant grandi en RDA. Elle a publié sur les thèmes de la racification et de la représentation des Noirs, sur l’histoire coloniale et sur la mémoire collective. Piesche est entre autre éditrice de l’ouvrage Mythen, Masken und Subjekte. Kritische Weißseinsforschung in Deutschland. (Mythe, Masques et Sujets. Recherches sur la Blanchitude en Allemagne). Depuis juillet 2013, elle enseigne à l’Academy of Advanced African Studies de l’Université Bayreuth avec pour spécialité « Future Africa and Digital Diaspora ».

Vendredi 6 décembre
19 heures

August-Bebel-Institut
Müllerstr.163
13353 Berlin
S/U Wedding (Ringbahn, U6, Bus 120)

Cet événement fait partie de la campagne NoHumboldt21!

Plus d’informations sur: no-humboldt21.de
En coopération avec l'Institut August-Bebel, ISD et AFREDA et avec l'aimable soutien de la Landesstelle für Entwicklungszusammenarbeit Berlin.

© Copyright AfricAvenir 2014