EN · FR · DE
 

No Amnesty on Genocide

On 30 September 2011 the Berlin Charité restituted 20 human skulls to an official delegation of the Republic of Namibia. They are a fraction of the many thousands of human remains of Herero and Nama victims of the genocide perpetrated by the German troups in 1904-1908 which were smuggled to Germany in view of proving racist theories. The German Government - against all diplomatic rules - did not welcome the delegation and the accompanying Namibian Minister of Youth, National Services, Sports and Culture Kazenambo officially, rejected the participation in a podium discussion on 28 September 2011 and caused a scandal when Minister of State Cornelia Pieper ommitted to acknowledge the genocide and apologise for it in the name of the German nation and State. The topic is closely related to the hitherto unresolved land issue in Namibia, in which the descendants of the victims of the German genocide, whose land and cattle have been expropiated by the white colonial settlers, still today in their vast majority live in poverty. In close cooperation with other NGOs and groups, AfricAvenir has formed an alliance called "No Amnesty on Genocide" whose aim is to put pressure on the German Government to finally recognise the systematic killing of Herero and Nama people as what it was: the first genocide of the 20th century.

Neu erschienen: Publikation "No...

Die Publikation "No Humboldt 21! Dekoloniale Einwände gegen das Humboldt-Forum" ist jetzt erhältlich! Mit Texten von Kwame... |+| lire l'article

PM: Wunsch der Herero nach einer...

Wie die Berliner Zeitung am 15.6.17 berichtet, wünschen sich die Opferverbände der Herero aus Namibia und in den USA von Berlin die... |+| lire l'article

Communiqué de Presse: Héréros et Namas...

Berlin Postkolonial, Alliance d’ONGs „Völkermord verjährt nicht!“, 11.10.2016 Congrès transnational sur le génocide en Namibie :... |+| lire l'article

PM: Herero und Nama beschweren sich bei...

Hiermit veröffentlichen wir die aktuelle Pressemitteilung der Kanzlei McCallion&Associates, LLP, hinsichtlich der offiziellen... |+| lire l'article

The Unseen Windhoek Premiere – A Closer...

The Unseen Premiere at Alte Feste

In August 2016, two days before Namibia celebrated Heroes Day, AfricAvenir premiered the first feature film by Perivi Katjavivi at the Alte... |+| lire l'article

PM: Kritik an namibisch-deutschen...

Regierungsverhandlungen zum Völkermord an den Herero und Nama in Deutschland: Zivilgesellschaft solidarisiert sich mit ausgeschlossenen... |+| lire l'article

PM: Völkermord an den Herero und Nama:...

Während der laufenden namibisch-deutschen Verhandlungen zum Genozid hat Deutschland Wiedergutmachung kategorisch ausgeschlossen, einseitig... |+| lire l'article

PM: Völkermord an den Ovaherero und...

Völkermord verjährt nicht!

Das Bündnis „Völkermord verjährt nicht!“ begrüßt die am 12.6.2016 in der ZDF-Sendung „Berlin direkt“ geäußerte Kritik des... |+| lire l'article

Résolution: Un génocide est imprescriptible !

Appel aux membres du Parlement allemand (Bundestag) en vue d’une reconnaissance du génocide perpétré par l’Empire allemand (Kaiserreich) dans de son ancienne colonie « Sud-Ouest Africain allemand », l’actuelle République de Namibie, et des réparations qui s’ensuivent.

Nous - les soussignées initiatives, organisations et institutions noires et blanches de la société civile – nous félicitons du tournant dans l’attitude du Gouvernement Fédéral allemand, signalé par la visite en Namibie du Directeur Général pour les Affaires africaines au Ministère des Affaires Étrangères allemand début février 2012. Nous saluons également l’engagement pour un dialogue directe qui a été entamé avec les comités représentant les descendants des victimes du génocide allemand de 1904-08. Nous considérons que cet engagement tardif pour un dialogue avec les représentants des peuples directement touchés par le génocide est une première étape indispensable qui permettra de poursuivre la réconciliation entre les peuples de la Namibie et de l’Allemagne.

A travers cette résolution, nous exprimons notre sincère compassion pour les souffrances infligées aux peuples namibiens, en particulier aux Herero, Nama, Damara et San. Nous sommes reconnaissants pour leur générosité qui se traduit par leur ouverture au dialogue avec les descendants des auteurs des crimes évoqués, et nous déclarons notre solidarité avec leur engagement pour une « justice réparatrice » – c’est-à-dire pour une justice qui ne peut être fondée que sur la volonté sincère de l'Allemagne à offrir des réparations. Nous soutenons leurs efforts pour obtenir la reconnaissance officielle du génocide par le Bundestag et le Gouvernement Fédéral allemand. Nous appuyons formellement la demande faite par les comités représentant les descendants des victimes visant l'indemnisation non seulement idéelle mais également matérielle des injustices coloniales et racistes ainsi que des importantes pertes de biens et avoirs que leurs peuples ont subies.

Nous demandons aux membres du Bundestag allemand :

  • d’oeuvrer à prévenir toute négation ultérieure du génocide dans l’ancienne colonie « Sud-Ouest Africain allemand » qui, selon les critères de la « Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide » établis en 1948 par les Nations Unies, doit sans équivoque être considéré comme un génocide. Et de s’engager – tout comme dans le cas du génocide juif – pour sa reconnaissance rétrospective par l’Allemagne;
  • d’encourager le Gouvernement Fédéral à honorer les engagements que l’Allemagne a elle-même contractés lors de la Conférence Mondiale des Nations Unies contre le Racisme à Durban en 2001. Ainsi l’Allemagne doit officiellement et explicitement demander pardon aux descendants des victimes du génocide allemand et des crimes contre l’humanité liés à ce dernier;
  • d‘engager et d’entretenir avec le Parlement de la République de Namibie un dialogue soutenu et régulier sur les questions liées à une réconciliation, comprenant entre autres des questions sur le travail de mémoire et sur la réparation des injustices coloniales et racistes dont l’Allemagne doit assumer la responsabilité, ainsi que des conséquences importantes pour les descendants des victimes qui jusqu’aujourd’hui n’ont pas été surmontées – et de mener ce dialogue vers la décision sur des mesures concrètes ;
  • de voter la création d'une Fondation publique ayant comme mission d’entamer et de soutenir un travail de mémoire critique du génocide et du colonialisme allemand dans son ensemble ainsi que de promouvoir une culture postcoloniale de la mémoire et de la mandater entre autres : 

    • de promouvoir les débats scientifiques sur le génocide et ses conséquences dans le cadre de projets de recherche germano-namibiens; 
    • d’assurer la diffusion du savoir sur le colonialisme, le racisme et ses conséquences dans l'opinion publique allemande et dans les écoles ; 
    • de promouvoir des projets d'échanges contribuant à la réconciliation entre les hommes et femmes des deux pays et à la lutte contre le racisme; 
    • de soutenir la décolonisation de l'espace public en Allemagne (en cessant d’honorer des criminels coloniaux par des noms de rues et de monuments, mais en rendant hommage à des personnalités de la résistance africaine) ;

  • d’encourager le Gouvernement Fédéral à poursuivre de manière constructive la discussion engagée avec le Gouvernement namibien et les comités représentant les descendants des victimes ;

  • d’encourager le Gouvernement Fédéral à convenir, par le dialogue avec le Gouvernement namibien et les comités représentant les descendants des victimes, de réparations matérielles et structurelles appropriées pour les pertes économiques importantes des peuples concernés, comprenant les terres, le bétail et d’autres biens ;
  • d’encourager le Gouvernement Fédéral à mettre ces réparations à disposition de manière inconditionnelle, c’est-à-dire sans interférer dans les décisions librement prises par le Gouvernement namibien et les groupes de victimes quant à leur utilisation.

Berlin, le 7 Mars 2012

Les initiatives, organisations and institutions qui souhaitent de cosigner s’adressent à : info(at)berlin-postkolonial.de

Contexte de la résolution

Le 30 septembre 2011, les crânes de 20 Héréros et Namas – hommes, femmes et enfants assassinés il y a plus de 100 ans par des Allemands blancs – furent remis à leurs descendants venus de la Namibie. Ce fut la première fois qu’une institution allemande accepte une telle restitution. A ce jour, des milliers d’ossements envoyés par bateau pendant la période coloniale et soumis à des expériences racistes et pseudo-scientifiques dans le but de nier l’égalité des Africains et Africaines avec des hommes et des femmes blancs, se trouvent toujours en Allemagne.

Comme la plupart des ossements ainsi dérobés, les dépouilles mortelles remises en automne 2011 proviennent d’hommes et de femmes qui s’étaient opposés au joug colonial. C’est à cause de leur résistance contre l’asservissement, les viols, les expropriations et les expulsions de leurs terres qu’ensemble avec des milliers d’autres Héréros et Namas ils ont été assassinés dans les camps de concentration de la colonie « Sud-Ouest Africain allemand ». Nombreux sont ceux qui ont été tués par balles, pendus ou envoyés dans le désert pour y mourir de soif. Les quelques survivants furent privés de leurs possessions et ont vu leurs terres et bétails confisqués. La recherche historique sérieuse est unanime aujourd’hui sur le fait que les actes commis par la « Schutztruppe » (« force protectrice ») impériale, doivent être qualifiés de génocide étant basés sur une volonté d’extermination.

Le gouvernement allemand fuit la responsabilité historique qui lui incombe en tant qu’état succédant juridiquement à l’empire allemand. Il est vrai qu’il reconnaît une « responsabilité historique et moral vis-à-vis de la Namibie », mais sans précision aucune. Jusqu’à présent le gouvernement allemand refuse non seulement de parler de génocide mais également de présenter ses excuses officielles aux descendants des victimes. En faisant la référence à une coopération germano-namibienne « intensive » (volume 2010 : 15,80 Euros par tête de la population namibienne), jusqu’à ce jour toute demande de réparation idéelle ou matérielle (« justice réparatrice ») des populations concernées a été refusée. Il y a peu de temps encore, le gouvernement allemand ne considérait même pas de s’engager dans un échange direct avec les descendants des victimes.

En automne 2011, cette attitude irresponsable fut la cause d’un éclat à l’occasion de la cérémonie de la remise des dépouilles mortelles namibiennes à l’hôpital « La Charité » à Berlin. Non seulement que le Ministère des Affaires Etrangères avait laissé l’hôpital gérer quasiment seule la restitution, mais il s’était contenté de son rôle « d’invité » en la personne du ministre d’état au Ministère des Affaires Etrangères Cornelia Piper (appartenant au parti libéral FDP), manifestement débordée par l’événement. Même face aux victimes de la colonisation allemande, elle fut incapable de prononcer le mot « génocide » et de demander pardon. Mme Pieper quittait la salle immédiatement après son intervention sans écouter les discours des représentants namibiens.

Même pendant l’événement, il fut clair que le public assistant à la cérémonie n’était pas prêt d’accepter le comportement du ministre d’Etat au Ministère des Affaires Etrangères sans un mot de protestation, un comportement critiquable aussi bien sur un plan moral qu’éthique. Notamment les représentants et représentantes de la diaspora africaine et des Allemands noires ont manifesté leur désaccord à voix haute et par des signes muets de protestation. A la suite de mots émouvants du ministre de la culture namibien Kazenambo Kazenambo et des discours des représentants de haut rang Héréro et Nama, la représentante d’une association de plusieurs organisations non-gouvernementales aussi bien noire que blanche clôturait la cérémonie en demandant pardon pour le génocide perpétré par l’Allemagne – et pour le comportement honteux du Ministère des Affaires Etrangères. L’Alliance de la société civile qui s’était prononcée pour la mise en place d’un dialogue ouvert entre la délégation namibienne et des politiciens Allemands fut par la suite, à de multiple reprises, attaqué, réprimandé et diffamé par des membres du Ministère des Affaires Etrangères, y compris au sein du Parlement allemand (Bundestag).

Le gouvernement allemand fut finalement obligé de revoir sa position réfractaire. En tenant compte de l’engagement de la part du gouvernement de la Namibie, des associations des victimes Héréro et Nama, de l’alliance de la société civile et de membres du Bundestag issus de tous les partis politiques d’opposition, le directeur des Affaires africaines au Ministère fédéral des Affaires Etrangères, Walter Lindner, fut envoyé en Namibie début février 2012. Sur place, M. Lindner s’est excusé du comportement du gouvernement allemand lors de la remise des dépouilles mortelles en automne 2011. En rencontrant en outre les associations des victimes Héréro et Nama pour des discussions, une de leurs revendications principales – à savoir leur implication dans le dialogue entre la Namibie et l’Allemagne sur le génocide et sa réparation – a été respectée pour la première fois.

Special issue: Germany’s genocide in Namibia – Unbearable silence, or How not to deal with your colonial past

The following publication "Germany’s genocide in Namibia – Unbearable silence, or How not to deal with your colonial past" is a cooperation between Pambazuka News and AfricAvenir International. With this publication, we would like to open the debate and invite further articles and contributions on the topic which will - if approved yb the editors - subsequently be published here. 

Neu erschienen: Publikation "No...

Die Publikation "No Humboldt 21! Dekoloniale Einwände gegen das Humboldt-Forum" ist jetzt erhältlich! Mit Texten von Kwame... |+| lire l'article

PM: Wunsch der Herero nach einer...

Wie die Berliner Zeitung am 15.6.17 berichtet, wünschen sich die Opferverbände der Herero aus Namibia und in den USA von Berlin die... |+| lire l'article

Communiqué de Presse: Héréros et Namas...

Berlin Postkolonial, Alliance d’ONGs „Völkermord verjährt nicht!“, 11.10.2016 Congrès transnational sur le génocide en Namibie :... |+| lire l'article

PM: Herero und Nama beschweren sich bei...

Hiermit veröffentlichen wir die aktuelle Pressemitteilung der Kanzlei McCallion&Associates, LLP, hinsichtlich der offiziellen... |+| lire l'article

The Unseen Windhoek Premiere – A Closer...

The Unseen Premiere at Alte Feste

In August 2016, two days before Namibia celebrated Heroes Day, AfricAvenir premiered the first feature film by Perivi Katjavivi at the Alte... |+| lire l'article

PM: Kritik an namibisch-deutschen...

Regierungsverhandlungen zum Völkermord an den Herero und Nama in Deutschland: Zivilgesellschaft solidarisiert sich mit ausgeschlossenen... |+| lire l'article

PM: Völkermord an den Herero und Nama:...

Während der laufenden namibisch-deutschen Verhandlungen zum Genozid hat Deutschland Wiedergutmachung kategorisch ausgeschlossen, einseitig... |+| lire l'article

PM: Völkermord an den Ovaherero und...

Völkermord verjährt nicht!

Das Bündnis „Völkermord verjährt nicht!“ begrüßt die am 12.6.2016 in der ZDF-Sendung „Berlin direkt“ geäußerte Kritik des... |+| lire l'article

Films Documentaires :

Revue de presse sur le sujet du génocide allemand

Links & Hintergrundinformationen - Zusammengestellt von Heiko Wegmann, Freiburg Postkolonial

Groupes membres de l'alliance:

 
back to top